En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Jacques Grunenwald

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Organiste et compositeur français (Cran-Gevrier, près d'Annecy, 1911 – Paris 1982).

Il a reçu une formation très complète, puisqu'il est à la fois architecte, issu de l'École des beaux-arts, et ancien élève du Conservatoire de Paris, où il a obtenu un premier prix d'orgue et d'improvisation dans la classe de Marcel Dupré, et les premier et second grand prix de Rome de composition musicale (1939). Grunenwald a été titulaire de l'orgue de Saint-Pierre de Montrouge (1955) avant de succéder à son maître Dupré à l'orgue de Saint-Sulpice (1971), et professeur d'orgue et d'improvisation au conservatoire de Genève. Tout en restant attaché au langage de la tradition, il s'est dégagé de l'académisme très répandu chez les organistes-compositeurs du xxe siècle, pour s'ouvrir à la polymodalité et à la polytonalité, dans un style véhément qui lui est personnel.

Son œuvre fait une large part à l'orgue (Cinq Pièces pour l'office divin, 1954 ; Sonate, 1964) et à la musique religieuse, mais il a abordé tous les genres, en particulier le théâtre (Sardanapale, opéra d'après Byron, 1945-1951) et l'orchestre (Bethsabée, poème symphonique, 1943 ; deux concertos pour piano et orchestre).