En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Henrik Mikolaj Gorecki

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur polonais (Czernica, Haute-Silésie, 1933-Katowice 2010).

Élève, pour la composition, de Boleslav Szabelski à Katowice, il témoigna dans ses premières œuvres, comme Chants sur la joie et le rythme pour deux pianos et orchestre (1956-1959) ou la Sonate pour deux violons (1957), de l'influence qu'avait exercée sur lui l'école de Vienne. Il évolua ensuite progressivement vers une épuration et une simplification du langage, s'attachant surtout à l'exploitation des timbres : ainsi dans Scontri pour grand orchestre (1960). Comme Penderecki, il se détacha du pointillisme, ceci en faveur de schémas clairs obtenus en particulier par des agrégats de blocs sonores aux effets contrastés, comme par exemple dans sa 2e Symphonie pour soprano, baryton, chœur mixte et grand orchestre pour le cinquième centenaire de Copernic (1972), ou dans la 3e, dite Symphonie de complaintes, pour soprano et orchestre, composée en 1976 et créée à Royan en 1977. Il a écrit depuis un Beatus Vir pour baryton, chœur et orchestre (1979), et un Concerto pour clavecin et cordes (1980).