En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Niels Wilhelm Gade

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur danois (Copenhague 1817 – id. 1890).

Il fut le premier compositeur important du Danemark après D. Buxtehude. Fils d'un modeste luthier, il étudia le violon avec F. T. Wexhall, un élève de L. Spohr, et la composition avec C. Weyse et A. P. Berggreen ; le succès de sa première œuvre, l'ouverture d'Ossian (1840), attira sur lui l'attention de F. Mendelssohn et de L. Spohr, ce qui lui permit d'obtenir une bourse pour étudier à Leipzig. Il se lia avec R. Schumann et F. Mendelssohn, devint professeur au conservatoire de cette ville, puis seconda Mendelssohn au Gewandhaus (il y créa le concerto de violon de son ami pendant la saison 1845-46) avant de lui succéder, à sa mort. En 1848, Gade retourna à Copenhague, où il prit la tête, en 1850, du Musikforeningen et fonda avec J. P. E. Hartmann et H. S. Paulli, en 1866, le Conservatoire royal. Jusqu'à sa mort, il occupa une place de plus en plus grande dans la vie musicale de son pays qu'il marqua de son conservatisme et de l'esthétique de Leipzig. Ces caractères s'expriment dans son œuvre par un délicat romantisme, légèrement teinté d'un discret lyrisme danois. Son style, élégant et aisé, et son expression pleine de mesure marquent ses meilleures œuvres, tels la 4e de ses huit symphonies (1850), le ballet Et Folkesagn (1853), l'opéra-ballet Elverskud (1853), et sous-tendent ses cinq ouvertures, cantates et lieder, tandis que sa musique de chambre, ses pièces pour piano l'apparentent aux meilleurs représentants de la musique de salon.