En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Étienne-Joseph Floquet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français (Aix-en-Provence 1748 – Paris 1785).

Élève de la maîtrise de la cathédrale Saint-Sauveur à Aix, il remporta des succès dès l'âge de dix ans avec ses premiers motets. Il vint étudier à Paris en 1769, et son premier ouvrage lyrique, l'Union de l'Amour et des Arts, fut représenté à l'Opéra en 1773. Une Chaconne qui en était tirée fit fureur sur tous les clavecins de la capitale. En revanche, Azolan (1774) fut comparé défavorablement aux œuvres de Gluck, qui triomphaient alors, et subit un échec. Il partit alors travailler à Naples avec Sala et à Bologne avec le padre Martini. De retour à Paris, il obtint le succès avec un ouvrage de demi-caractère, la pastorale le Seigneur bienfaisant (1780). Il voulut se mesurer de nouveau à Gluck et composa une partition sur le livret d'Alceste de Quinault, pour l'opposer à l'œuvre de Gluck, représentée à Paris en 1776. Mais l'Académie royale refusa son ouvrage. Il s'éteignit découragé, victime d'une maladie de langueur. Cette fin prématurée priva la scène française d'un musicien doué, ayant le sens de l'action théâtrale.