En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Kirsten Flagstad

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Soprano norvégienne (Hamar 1895 – Oslo 1962).

Fille d'un chef d'orchestre et d'une pianiste, elle fit ses débuts à l'Opéra d'Oslo en 1913 dans le rôle de Nuri de Tiefland de D'Albert. Pendant vingt ans, elle fit une carrière modeste à Oslo, puis en Suède à Göteborg, dans un répertoire très vaste. Engagée en 1933 à Bayreuth pour les rôles secondaires d'Ortlinde de la Walkyrie et de la troisième Norne du Crépuscule des dieux, elle y revint l'année suivante chanter Sieglinde de la Walkyrie et Gutrune du Crépuscule. Ses débuts au Metropolitan de New York, en 1935, dans le rôle de Sieglinde firent sensation et la consacrèrent définitivement, la conduisant à une carrière internationale. Elle fit ses adieux officiels à la scène en 1953, mais se produisit encore en concert en 1955. Elle dirigea l'Opéra d'Oslo de 1958 à 1960. Sa voix était la réunion unique d'une puissance exceptionnelle, d'un timbre splendide, chaleureux et plutôt sombre, parfaitement égal sur toute son étendue, d'une technique vocale irréprochable et d'une musicalité raffinée. Cette voix était en elle-même expressive, mais son caractère monumental et, au sens propre, extraordinaire, conduisit Flagstad à faire des héroïnes qu'elle incarnait des personnages hiératiques et surhumains.