En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Fiocco

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Famille de compositeurs belges originaire d'Italie.

Pierre-Antoine (Venise v. 1650 – Bruxelles 1714). Il se fixa à Bruxelles vers 1681 comme deuxième maître de chapelle de la cour. En 1694, il fonda l'Opéra du Quai-au-Foin où il fit représenter des opéras de Lully auxquels il ajouta des prologues de sa composition. Il devint premier maître de chapelle en 1703 et fut aussi maître de chant à Notre-Dame-du-Sablon. Il écrivit surtout des œuvres chorales sacrées : messes, motets, etc.

Jean-Joseph, fils du précédent (Bruxelles 1686 – id. 1746). Il succéda à son père, dont il était l'élève, dans ses fonctions à la cour et à Notre-Dame-du-Sablon. On connaît de lui des oratorios, des répons et autres œuvres chorales sacrées.

Joseph-Hector, fils de Pierre-Antoine (Bruxelles 1703 – id. 1741). Élève de son père, il fut violoniste, puis vice-maître de chapelle à la Chapelle royale et devint maître de chapelle de la cathédrale d'Anvers (1731-1737), puis de Sainte-Gudule à Bruxelles. Dans sa musique sacrée (motets, messes, leçons de ténèbres), les influences italienne et versaillaise, judicieusement équilibrées, participent à l'expression d'une sensibilité riche et audacieuse. J. H. Fiocco écrivit aussi des pièces de clavecin dans l'esprit français.