En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Kathleen Ferrier

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Contralto anglaise (Higher Walton, Lancashire, 1912 – Londres 1953).

Elle avait désiré devenir pianiste, mais dut plusieurs années exercer le métier de téléphoniste, tout en donnant des leçons de piano et en se produisant comme accompagnatrice dans de modestes concerts. Sa voix fut découverte en 1937 et plusieurs personnalités telles que le chef d'orchestre Malcolm Sargent l'engagèrent à étudier le chant, ce qu'elle fit notamment avec Roy Henderson à Londres. Elle débuta en 1942 à Newcastle en chantant la partie d'alto dans la Passion selon saint Matthieu de Bach et se fit connaître à Londres lors d'une exécution du Messie de Haendel à l'abbaye de Westminster en 1943. Sa renommée d'interprète d'oratorio grandit vite. Elle fit ses débuts sur une scène au festival de Glyndebourne en 1946 dans le rôle de Lucrèce lors de la création du Viol de Lucrèce de Britten. Ce personnage et celui d'Orphée dans l'œuvre de Gluck, qui fut à son répertoire à partir de 1947, furent les deux seuls qu'elle joua au théâtre. C'est plutôt comme chanteuse d'oratorio (Bach, Haendel), de mélodies et de lieder (Schumann, Brahms, Mahler) qu'elle entreprit une carrière internationale que la maladie devait interrompre prématurément. Kathleen Ferrier avait une voix au timbre parfaitement homogène et d'une beauté rare. Elle en accroissait le pouvoir expressif par des interprétations d'une émotion sobre mais profonde fondées sur le raffinement d'inflexions liées, avec une rare intuition, aussi bien au sens des textes qu'à la ligne musicale.