En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Fenice

Incendie de La Fenice
Incendie de La Fenice

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Depuis deux siècles, principal théâtre d'opéra de Venise.

Sa construction fut décidée après l'incendie du San Benedetto, et son nom (le « Phénix » renaissant de ses cendres), choisi en conséquence. L'inauguration eut lieu le 16 mai 1792 avec I Giuocchi d'Agrigento de Paisiello. Il fut détruit par le feu en 1836, puis reconstruit et plusieurs fois réaménagé avant le second incendie de janvier 1996 : il sera reconstruit au même endroit (façade et entrée sur une place, autre entrée sur un canal) et à l'identique (magnifique décoration et bleu comme couleur dominante, loges et galerie, parterre de 850 places). Rossini y connut son premier triomphe (Tancredi, 1813), mais La Traviata et Simon Boccanegra de Verdi, lors de leurs créations respectives (1853 et 1857), y furent des échecs. Au xixe siècle, l'établissement fut peu à peu supplanté par La Scala de Milan, en partie à cause de la domination et de la censure autrichiennes, qui durèrent à Venise jusqu'en 1866 et dont témoigne la séquence initiale du film Senso de Visconti. Eut lieu à La Fenice, en 1897, la création de la Bohème de Leoncavallo. Une nette renaissance est intervenue à partir des années 1930, et, depuis, La Fenice a vu notamment les créations mondiales de The Rake's Progress de Stravinski (1951), de The Turn of the Screw de Britten, d'Intolleranza de Nono et de Lorenzaccio de Bussotti (1979), ainsi que la première scénique de l'Ange de feu de Prokofiev (1955).