En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Arthur Farwell

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur et pédagogue américain (Saint Paul, Minnesota, 1872 – New York 1952).

Il fit des études musicales à Boston, à Berlin avec Humperdinck et Pfitzner et à Paris avec Guilmant. De retour aux États-Unis, il s'intéressa à la musique des Indiens et fonda en 1901 une maison d'édition, la WaWan Press, destinée à soutenir la musique américaine et l'étude des sources traditionnelles (musiques indienne, négro-américaine et chants de pionniers). Parmi les nombreuses activités qu'il eut ensuite, on peut citer celles de fondateur de l'American Music Society (1905), de rédacteur à l'hebdomadaire Musical America, de conseiller auprès de la municipalité de New York pour l'organisation des concerts (1910-1913), de directeur de l'École de musique de New York (1915-1918), d'inspecteur de la musique dans les écoles publiques, et de professeur à l'université de Californie. Sa conviction lui permit de créer un mouvement en faveur de la musique de son temps, qu'elle s'inspirât ou non des sources populaires. Il écrivit lui-même, dans un style postromantique, des œuvres pour orchestre (The Domain of the Hurakan, 1902, etc.), pour chœurs, pour chœurs et orchestre (Mountain Song, 1931), des partitions pour la scène (Caliban, 1916 ; The Gods of the Mountain, 1916, création Minneapolis, 1929), de la musique instrumentale, notamment pour piano, et des mélodies. Il a publié des collections de chants traditionnels américains d'origines diverses (Folk-songs from the West and South, entre 1901 et 1926).