En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

David Diamond

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur américain (Rochester, New York, 1915 – id. 2005).

Il fait ses études à l'Institut de Cleveland, à l'Eastman School of Music de Rochester et à l'institut Dalcroze de New York, enfin avec Roger Sessions et, de 1937 à 1938, à Paris avec Nadia Boulanger. Dans ses premières œuvres, où les diverses influences de Bartók, Copland, Satie, Ravel et Stravinski vont bientôt se confondre, son orchestration témoigne d'une grande clarté. Il devient vite l'un des compositeurs américains les plus joués et les plus récompensés. Chef d'orchestre, chargé de cours et de conférences à l'université de Buffalo, président du département de composition à la Manhattan School of Music, il écrit dans presque tous les genres et dans un esprit de plus en plus traditionnel (mélodie diatonique, emploi des modes anciens, procédés cycliques, etc.).

David Diamond a composé 8 symphonies, des Variations (1937) et un Concerto (1940) pour orchestre de chambre, Rounds pour orchestre de chambre (1944), des concertos pour violon, violoncelle, piano, etc., de la musique de chambre, dont 10 quatuors à cordes, une Sonate (1947) et une Sonatine pour piano, ainsi qu'un Concerto pour deux pianos seuls (1941), plus de 100 mélodies, dont plusieurs cycles (l'Âme de Debussy, 1949 ; Hebrew Melodies, 1967), des ballets, dont The Dream of Audubon (1941), des musiques de film et de scène, notamment pour la Tempête et Roméo et Juliette de Shakespeare ; des œuvres chorales, dont This Sacred Ground (1962), et une symphonie avec solistes et chœurs, To Music (1967).