En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Berthe Melitta, dite Yvonne Desportes

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Femme compositeur française (Coburg, Saxe, 1907 – Paris 1993).

Élève de Marcel Dupré, de Maurice Emmanuel et de Paul Dukas au Conservatoire de Paris (1925-1932), Premier Grand Prix de Rome en 1932, elle a partagé sa carrière entre la composition et l'enseignement, dirigeant au Conservatoire une classe de solfège de 1943 à 1959, puis de composition et de fugue de 1959 à 1978. Comme compositeur, elle est une traditionaliste non conformiste. Ses œuvres pour le théâtre, comme Maître Cornelius (1939), d'après Balzac, la Farce du carabinier (1943), la Chanson de Mimi-Pinson ou le Forgeur de merveilles (1965), d'après O'Brien, sont fort spirituelles, et de son intérêt pour la percussion témoignent Voyage au-delà d'un miroir (1963), pour trois percussions, Vision cosmique (1964), pour percussion avec bronté ­ instrument à percussion métallique inventé par son fils ­, et Au-delà de la prière (1970), pour bronté et orchestre à cordes. On lui doit aussi trois concertos (À bâtons rompus pour 2 percussions ; le Tambourineur pour percussion ; l'Exploit de la coulisse pour trombone), trois symphonies (Saint Gindolph ; Monorythmie ; l'Éternel féminin) et un Traité d'harmonie en vingt leçons (1978).