En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Laure Damoreau-Cinti

née Cinthie-Montalant

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Soprano française (Paris 1801 – Chantilly 1863).

Elle obtint au Conservatoire un prix de solfège dès 1808 et un prix de piano dès 1810. Elle parut dans les salons de la reine Hortense comme pianiste prodige, puis comme harpiste. Elle entreprit en 1811 l'étude du chant avec Plantade et remporta un premier prix en 1815. Le célèbre pédagogue Manuel Garcia la prit sous sa protection et la fit débuter en concert en 1815. Elle aborda la scène, l'année suivante, au Théâtre-Italien dans Una Cosa rara de Martin y Soler. Devenue célèbre, elle participa à de nombreuses créations comme celles, à l'Opéra, du Comte Ory de Rossini (1828), de la Muette de Portici d'Auber (1828), de Guillaume Tell de Rossini (1829) et de Robert le Diable de Meyerbeer (1831), et, à l'Opéra-Comique, du Domino noir d'Auber (1837). Elle se retira de la scène en 1842, fit des tournées de concerts jusqu'en Amérique, puis se consacra à un poste de professeur au Conservatoire de Paris auquel elle avait été nommée en 1834. Parmi les nombreuses chanteuses célèbres de son époque, Laure Damoreau-Cinti se distingua par la pureté de son style et la justesse de son expression.