En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jelly D'Aranyi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Violoniste anglaise d'origine hongroise (Budapest 1893-Florence 1966).

Petite-nièce de Joseph Joachim et sœur cadette de la violoniste Adila Fachiri, qui sera sa partenaire, elle reçoit sa formation à l'Académie royale de Budapest. Une extrême virtuosité, alliée à un son âpre et audacieux, la désigne comme l'interprète idéale de la nouvelle musique hongroise. De là viennent les dédicaces d'œuvres majeures qu'elle crée et qui jalonnent sa carrière. Ainsi les deux sonates pour violon et piano de Bartók, qu'elle joue avec le compositeur, à Londres, en 1922 et 1923, et Tzigane de Ravel, qu'elle crée en 1924.

Établie en Angleterre dès 1925, elle consacre une grande part de son activité à la musique de chambre, jouant les trios de Haydn et de Beethoven, ou des sonates classiques avec la pianiste Myra Hess. Elle inspire également des compositeurs anglais : en 1925, Ralph Vaughan-Williams lui dédie son Concerto Academico, et, en 1930, elle crée avec sa sœur le Double Concerto de Gustav Holst. En 1938, elle crée en Angleterre le Concerto pour violon de Schumann. Elle apparaît une dernière fois avec Adila Fachiri en 1960, pour une exécution du Concerto pour deux violons de Bach.