En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Henri Christiné

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur français (Genève 1867 – Nice 1941).

Il fit des études à l'université de Genève et fut professeur de lycée dans cette ville. Il apprit la musique durant ses heures de loisir et jouait du piano et de l'orgue. Ayant épousé une chanteuse de café-concert, il quitta l'enseignement, s'installa à Nice et composa des chansonnettes pour sa femme, puis peu à peu pour les grandes vedettes du moment (Dranem, Mayol, Fragson, etc.) qui firent de ses œuvres de célébrissimes succès (la Petite Tonkinoise, etc.). S'étant fixé à Paris au début du siècle, il signa quelques opérettes en un acte, mais conquit définitivement la popularité avec Phi-Phi, en partie par un concours de circonstances, car cette œuvre, dont la répétition générale eut lieu aux Bouffes-Parisiens le 11 novembre 1918, bénéficia de l'euphorie de l'armistice. Christiné composa encore une douzaine d'opérettes dont seule Dédé s'est, aux côtés de Phi-Phi, maintenue au répertoire. Formées d'une suite de chansonnettes et de quelques ensembles ou finales très simples, utilisant les rythmes de danses nouvelles tel le fox-trot, les œuvres de Christiné s'écartèrent de l'opérette et fondèrent, en fait, la comédie musicale.