En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Chili

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Les premières manifestations de l'activité musicale chilienne ne remontent pas au-delà de 1800, et les débuts en furent timides. Trois personnalités en marquèrent l'évolution au cours du xixe siècle, Manuel Robles (1780-1837), José Zapiola (1802-1885) et Frederico Guzman (1837-1885), tous profondément marqués par l'influence espagnole. Le conservatoire de Santiago fut fondé en 1849.

C'est à Humberto Allende que le Chili doit son véritable essor. Professeur, théoricien, chef d'orchestre, compositeur, il eut un successeur dynamique en la personne de Domingo Santa Cruz Wilson, fondateur de la Société Bach, professeur au conservatoire, directeur de l'Institut d'extension musicale (fondé en 1940) et président du Comité international de la musique à l'U.N.E.S.C.O. (trois Symphonies, deux Quatuors, cinq Pièces brèves pour orchestre de chambre, un Poème pastoral, etc.). À cette génération appartiennent plusieurs compositeurs de talent, Enrique Soro (1884-1954), Carlos Lavin (1883-1962), également folkloriste émérite, Prospero Bisquertt (1881-1959) et Carlos Isamitt, auteur d'une monographie sur les Araucans, dont la musique est encore vivante dans les régions méridionales du Chili.

Moins attachés que leurs confrères d'autres pays d'Amérique latine à l'utilisation des éléments populaires ­ fût-ce la cueca, véritable danse nationale à laquelle Pablo Garrido a consacré une étude substantielle (Biografia de la cueca chilena, Santiago, 1943) ­, les compositeurs contemporains se sont peu à peu orientés vers des disciplines d'écriture allant du postimpressionnisme à l'esthétique postsérielle. Après Jorge Urrutia Blondel (élève de Dukas et d'Hindemith), Pedro Nunez Navarrette, Juan Antonio Orrego Salas et Alfonso Letelier Llona (fondateur de l'École moderne de musique), il faut citer plus particulièrement deux élèves de Max Deutsch, Cirilo Vila Castro (1937), également élève de Messiaen, et Jorge Arriagada (1943), tous deux figures de proue de la jeune école chilienne.