En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacques Champion de Chambonnières

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur et claveciniste français (Paris ou Chambonnières-en-Brie après 1601 – Paris 1672).

Fils et petit-fils d'organistes, il descendait, par sa mère, d'un fameux luthiste écossais. Son père, Jacques Champion, jouait de l'épinette à la cour d'Henri IV et de Louis XIII. Dès l'âge de onze ans, Chambonnières devint, lui-même, joueur d'épinette de la Chambre du roi, puis organiste de la chapelle royale. Il s'intéressa alors au clavecin, ce nouvel instrument aux sonorités plus puissantes et aux registres plus riches en contrastes que le luth, qu'il allait peu à peu éclipser. Chambonnières fut, en fait, le fondateur d'une méthode française de clavier et l'un des premiers représentants d'une authentique école de clavecinistes en France. À la mort de son père (1638), il obtint le poste de claveciniste du roi qu'il garda jusqu'à sa mort, malgré une période de disgrâce. Il semble que, vers 1654, il ait été au service de la reine Christine de Suède qui venait de renoncer à son trône. Ayant prétendu qu'il était de famille noble, il dut s'exiler aux Pays-Bas (1656-1662) et s'installa à Amsterdam.

Le jeu subtil et raffiné de Chambonnières lui a valu une réputation internationale. Ses compositions, toutes pour le clavecin, doivent encore beaucoup au style polyphonique des luthistes. Un certain nombre de ces pièces portent aussi des titres évocateurs qui vont marquer l'école française de clavecin (la Dunquerque, Madame la Reyne, le Tambourin des Suisses, l'Affligée…). Son œuvre se limite à deux livres de pièces de clavecin (le premier date de 1670), mais ces pièces jettent les bases que vont développer ses successeurs. Les pièces sont groupées afin de composer des suites dans une même tonalité, certaines pouvant choisir le mode mineur ou vice versa par rapport à la tonalité principale. Il s'agit de danses (allemande, courante, sarabande, gigue) de la suite classique, auxquelles pouvaient s'ajouter une gaillarde, un menuet ou encore une chaconne.