En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Adonaï Desparois, dit Claude Champagne

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Compositeur et pédagogue canadien (Montréal 1891 – id. 1965).

Il étudia le violon et le piano, puis entra au conservatoire de sa ville natale. D'abord influencé par la musique russe, ainsi qu'en témoigne son poème symphonique Hercule et Omphale (1918), il découvrit la musique française en 1919 et vint terminer ses études musicales à Paris avec Paul Dukas, André Gédalge, Charles Kœchlin et Raoul Laparra.

De retour au Canada (1928), il se consacra au développement de la vie musicale. Professeur de composition au conservatoire et à l'université de Montréal (1930), puis directeur suppléant du conservatoire (1942), il eut la plus heureuse influence sur ses nombreux élèves et révéla à des musiciens tels Vallerand, Pépin, Papineau-Couture, Mercure l'art de Debussy, Fauré, Dukas et Ravel.

Ses propres compositions, disciplinées, élégantes, pénétrées d'une lumière méditerranéenne, s'en réclament volontiers, tout en s'inspirant du folklore canadien (Suite canadienne [1928], Images du Canada français, Danse villageoise, Paysanne). À la fin de sa carrière, il se créa un langage plus personnel avec son Quatuor à cordes (1951) et Altitudes (1959) sur des thèmes d'origine huronne. Son œuvre comprend essentiellement des partitions symphoniques (Symphonie gaspésienne, 1945) et concertantes (Concerto pour piano, 1950), des pièces pour chœur et orchestre et de la musique de chambre.