En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Benedicite

(lat. ; « bénissez »)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Terme générique désignant, quelle qu'en soit la formule, une prière avant le repas comportant bénédiction, parlée ou chantée, de la table et des mets.

Une telle prière est régulièrement pratiquée dans les monastères, les presbytères et était traditionnelle, autrefois, dans les foyers chrétiens, dont certains la pratiquent encore. L'usage en est très ancien (une bénédiction analogue existe dans les repas juifs rituels), mais il ne s'est jamais dégagé de formule généralisée, et les usages, à cet égard, sont assez divers, allant d'une série assez longue de récitations et d'oraisons à un bref échange d'incipits sans lien grammatical entre eux (Benedicite-Dominus). Toutefois, tous ont en commun une invitation à bénir le repas, d'où le nom conservé. Au xvie siècle, la Réforme a adopté l'usage du Benedicite dans la vie domestique et favorisé la pratique du chant pour l'exprimer. De nombreux compositeurs, réformés ou non, l'ont ainsi mis en musique à plusieurs voix, soit en latin, soit en langue vulgaire, surtout dans les pays touchés par la Réforme : France, Allemagne, Angleterre, Flandres. Le Benedicite a pour symétrique l'« action de grâces » (ou « grâces » en abrégé) de la fin du repas (dire les grâces).