En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ave Maria

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

La plus usuelle des prières à la Vierge.

Sa première partie réunit les deux salutations adressées à Marie dans l'Évangile de saint Luc, l'une par l'Ange (Ave gratia plena… Dominus tecum) lors de l'Annonciation, l'autre par Élisabeth à l'occasion de la Visitation (Benedicta tu… fructus ventris tui) avec ou sans l'addition des deux noms propres, Maria et Jesus. Cette partie est entrée très tôt dans l'office, d'abord sous forme d'antienne jusqu'à in mulieribus, puis d'offertoire, soit jusqu'à in mulieribus, soit jusqu'à ventris tui ; elle figure déjà dans la liturgie dite de saint Jacques le Mineur et dans l'antiphonaire grégorien primitif. Sa seconde partie est une invocation ; elle n'est pas tirée de l'Écriture sainte et date probablement du concile d'Éphèse (431), sauf la partie terminale (nunc et in hora mortis nostrae), qui serait une addition franciscaine du xiiie siècle. Le texte musical de l'antienne a souvent été pris dans l'Ars antiqua comme teneur de motet et, au xvie siècle, comme thème de messe ; mais, contrairement à ce qu'on pourrait penser et malgré son extrême diffusion dans la piété populaire, l'Ave Maria, en tant que prière et sous sa forme usuelle, n'a pas été très souvent mis en musique en dehors de l'antienne ou de l'offertoire liturgique. L'Ave Maria de Josquin Des Prés est fondé sur une séquence qui développe elle-même un trope de l'antienne, Ave Maria, Virgo serena. Celui d'Arcadelt est un faux du xixe siècle, dû au maître de chapelle de la Madeleine à Paris, Dietsch. Le célèbre Ave Maria de Schubert, écrit sur une poésie allemande, que l'on a ensuite réadaptée en latin de manière apocryphe, est en réalité l'un des trois chants d'Ellen dans la Dame du lac de Walter Scott. Et le non moins célèbre Ave Maria de Verdi est une prière d'opéra, celle de Desdémone au dernier acte d'Othello. Quant à celui de Gounod, il s'agit de l'addition arbitraire d'une mélodie au premier prélude du Clavier bien tempéré de Bach, ainsi ravalé au rang d'accompagnement ; l'Ave Maria a remplacé dans ce rôle, en 1859, une première version datant de 1853, qui comportait des paroles de Alphonse de Lamartine.

L'Ave Maria dit « de Lourdes » est un simple refrain de cantique populaire. Jadis célèbres, les Ave Maria de Fenaroli (1730-1818) et de Carafa (1787-1872) sont aujourd'hui oubliés. Le seul Ave Maria musical digne de ce nom est peut-être la Salutation angélique des Prières (1914-1917) d'André Caplet.