En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

thyroïdite

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Inflammation de la glande thyroïde.

Différents types de thyroïdite

Les différentes formes de thyroïdite se distinguent essentiellement par leur origine, leurs symptômes, leurs caractéristiques anatomopathologiques et leur évolution. Le diagnostic repose principalement sur l'examen clinique et la scintigraphie.

La thyroïdite lymphocytaire chronique, ou thyroïdite de Hashimoto, est la plus fréquente ; elle touche principalement les femmes. D'origine auto-immune, elle est caractérisée par un goitre très ferme, la présence d'anticorps antithyroïdiens et l'évolution possible vers l'hypothyroïdie (diminution de la sécrétion des hormones thyroïdiennes se traduisant par un ralentissement du rythme cardiaque, un ralentissement psychique, un épaississement de la peau du visage et du cou, un teint pâle). Le traitement fait appel à la prise quotidienne de thyroxine.

La thyroïdite subaiguë de De Quervain est probablement d'origine virale. Elle apparaît brutalement, et est marquée par de vives douleurs à l'avant du cou, souvent associées à un syndrome grippal (fièvre, fatigue), et par une hyperthyroïdie (augmentation de la sécrétion des hormones thyroïdiennes) transitoire. La thyroïde est enflée, dure et douloureuse à la palpation. Le goitre est variable d'un sujet à l'autre et d'un examen à l'autre. Le traitement repose sur l'aspirine ou, dans les formes sévères, sur la corticothérapie. Cette affection évolue spontanément vers la guérison en six semaines environ.

La thyroïdite indolore du post-partum, d'origine auto-immune, est rare et se caractérise par l'apparition, après un accouchement, d'une hyperthyroïdie modérée avec goitre et d'une absence de fixation de l'iode par la glande thyroïde. La guérison se produit spontanément en 2 à 4 mois avec parfois une phase d'hypothyroïdie transitoire.

La thyroïdite aiguë d'origine infectieuse est très rare. Elle est consécutive à une infection par un staphylocoque, un streptocoque ou le bacille de Koch (agent de la tuberculose). Elle se traduit par un abcès de la thyroïde, douloureux, qu'il est nécessaire de drainer chirurgicalement et de traiter par antibiothérapie.

La thyroïdite fibreuse de Riedel, d'origine inconnue, est exceptionnelle et peut évoluer vers l'asphyxie (par compression de la trachée) en l'absence de geste chirurgical (ablation de la zone de compression).