En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

sperme

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Liquide opaque, blanchâtre, légèrement filant et collant, produit lors de l'éjaculation et contenant les spermatozoïdes.

Chaque millilitre de sperme contient entre 20 et 200 millions de spermatozoïdes en suspension dans le liquide séminal. Celui-ci est en outre constitué de nombreuses protéines, de fructose (élaboré par les vésicules séminales), de phosphatases acides (formées par la prostate) et de carnitine (sécrétée par l'épididyme). Le sperme est normalement stérile, c'est-à-dire sans germes.

L'excrétion se fait au moment de l'orgasme, grâce à une contraction des différents muscles lisses qui entourent les glandes et les conduits génitaux.

Chaque éjaculation contient de 2 à 6 millilitres de sperme.

Examen

L'examen permettant d'étudier le sperme est le spermogramme.

Anomalies

De nombreuses pathologies peuvent atteindre la qualité du sperme, dont la conséquence principale est un risque de stérilité.

Une absence de sperme, ou aspermie, peut correspondre à une absence d'éjaculation ou à une éjaculation rétrograde (reflux du sperme vers la vessie).

Une absence totale de spermatozoïdes, ou azoospermie, peut révéler une obturation des canaux déférents, empêchant le transport des spermatozoïdes, ou un arrêt de la spermatogenèse (processus de formation des spermatozoïdes).

Une agglutination des spermatozoïdes dans le sperme peut résulter d'une immunisation antispermatozoïde (réaction produisant des anticorps antispermatozoïdes qui empêchent les cellules sexuelles masculines de féconder l'ovule).

Une proportion trop importante de spermatozoïdes anormaux peut être en rapport avec une maladie chromosomique (syndrome de Klinefelter, par exemple).

Un volume de sperme trop important peut révéler une infection des vésicules séminales et de la prostate.

Voir : aspermie, éjaculation, fécondation, spermogramme, vasotomie.

Les banques de sperme

Les banques de sperme



Le stockage du sperme dans une banque peut être envisagé avant la réalisation d'un traitement chimiothérapique ou radiothérapique. Le donneur conservera ainsi la possibilité de procréer à l'issue d'un traitement potentiellement toxique pour les spermatozoïdes. Cette technique peut aussi être utilisée pour conserver le sperme de donneurs volontaires en vue d'une insémination artificielle, pour des couples dont le conjoint est stérile ou atteint d'une maladie génétiquement transmissible ; le sperme à inséminer sera alors apparié sur le groupe sanguin et les caractères morphologiques (groupe ethnique, poids, taille, etc.) de l'homme stérile.

Le donneur doit subir une série d'examens recherchant toute anomalie éventuellement transmissible : prise de sang (hépatite virale, syphilis, V.I.H.), caryotype (anomalies chromosomiques), enquête génétique (pour vérifier l'absence de maladies héréditaires telles que l'hémophilie dans la famille).

Le sperme est congelé dans l'azote liquide, à - 196 °C, après avoir été dilué dans un milieu contenant un cryoprotecteur. La conservation peut durer plusieurs années. La décongélation se fait en quelques minutes, en laissant les paillettes à la température ambiante.