En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

petit mal épileptique

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Forme d'épilepsie généralisée (atteignant la totalité du cortex cérébral).

Le petit mal épileptique, appelé simplement petit mal dans le langage courant, regroupe deux types de cette affection.

Les absences épileptiques, ou absences, débutent entre 4 et 6 ans. Elles consistent en une suspension de la conscience d'une trentaine de secondes ; le malade interrompt ses activités, ne bouge plus, ne répond pas ; le regard reste fixe. Les crises sont favorisées par l'absence d'activité et par les émotions, et leur fréquence est variable. Elles disparaissent le plus souvent à la puberté mais peuvent, dans 40 % des cas environ, être remplacées par des crises de grand mal (autre forme, majeure, d'épilepsie généralisée). Le traitement fait appel aux antiépileptiques, notamment à l'éthosuximide, spécifique de cette forme d'épilepsie.

Le petit mal myoclonique, plus rare, commence entre 13 et 20 ans et consiste en myoclonies (secousses musculaires) synchrones des deux côtés du corps, affectant surtout les membres supérieurs. Les crises surviennent le matin, peu après le réveil. Le traitement est celui de l'épilepsie. Le pronostic est bon, mais certains patients développent par la suite un grand mal.