En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

neuroblastome ou sympathome

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Tumeur maligne de la glande médullosurrénale ou, plus rarement, des ganglions sympathiques du système nerveux autonome.

Ce cancer est rare, mais c’est le plus fréquent chez les enfants, affectant l'embryon ou le jeune enfant (jusqu'à 4 ans), plus rarement l'enfant de 4 à 10 ans.

Symptômes et signes

L'enfant perd du poids, est pâle, souffre de douleurs diffuses et est irritable. Un affaiblissement musculaire, voire une paraplégie (paralysie des membres inférieurs), accompagné d'une incontinence urinaire, est le signe d'un neuroblastome se développant au niveau de la moelle épinière. Chez l'adulte, la tumeur peut siéger à l'intérieur d'un des ventricules intracérébraux et peut, de ce fait, atteindre une taille importante avant d'être diagnostiquée.

Diagnostic

Il repose sur le scanner, qui localise la tumeur, et sur les examens du sang et des urines, qui révèlent de grandes quantités de catécholamines (adrénaline, noradrénaline).

Traitement et pronostic

La rareté de cette tumeur rend difficile, à l'heure actuelle, une attitude thérapeutique fixe. Le meilleur traitement semble être chirurgical et consiste en l'ablation de la tumeur, suivie d'une radiothérapie ou d'une chimiothérapie. Le pronostic est généralement sévère, mais peut varier considérablement selon les cas.