Identifiez-vous ou Créez un compte

myocarde

Myocarde normal
Myocarde normal

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Muscle du cœur assurant, par sa contractilité et son élasticité, la vidange et le remplissage des cavités cardiaques et donc la circulation sanguine. (P.N.A. myocardium.)

Structure

Le myocarde est fait de cellules connectées entre elles. Ces cellules comprennent une membrane limitant un sarcoplasme (substance fluide de l'intérieur des cellules musculaires) riche en petites fibres, les myofibrilles (unités contractiles de la cellule). Chaque myofibrille est constituée de myofilaments (filaments des cellules musculaires) épais de myosine, imbriqués dans des myofilaments fins d'actine. Lors de la contraction, les myofilaments coulissent les uns entre les autres. Lors de la décontraction, le phénomène inverse se produit. La contraction et la décontraction sont liées aux mouvements du calcium au travers de la membrane des cellules musculaires.

Physiologie

La contractilité et la distension dépendent de la pression dans la cavité ventriculaire en amont et de la résistance vasculaire à l'écoulement sanguin en aval, de l'apport d'oxygène par les artères coronaires, de l'apport énergétique, de la fréquence cardiaque, de la stimulation du système nerveux autonome. La variation d'un seul de ces paramètres modifie la fonction de pompe du myocarde.

Les fibres musculaires sont plus abondantes dans le ventricule gauche que dans le droit, plus nombreuses également dans les ventricules que dans les oreillettes. Lors de la contraction ventriculaire, ou systole, le raccourcissement des fibres ventriculaires diminue le volume de la cavité et augmente la pression en son sein, permettant ainsi l'éjection des deux tiers du volume de sang contenu. Lors de la relaxation ventriculaire, ou diastole, l'étirement des fibres augmente le volume de la cavité, qui accueille le sang venant des oreillettes.

Pathologie

La contractilité du myocarde diminue dans certaines atteintes comme les myocardiopathies (maladies du myocarde), les séquelles d'infarctus du myocarde, au cours ou à la fin de certaines maladies infectieuses, des maladies systémiques (anomalie du collagène disséminé dans les tissus), lors de la prise de toxiques comme l'alcool ou de l'administration de certains médicaments.

La fonction de distensibilité myocardique est altérée en cas d'hypertrophie (augmentation de l'épaisseur de la paroi) du ventricule gauche, consécutive à une hypertension artérielle, à un rétrécissement aortique, à une myocardiopathie, parfois en cas de cardiopathie ischémique (maladie caractérisée par un apport insuffisant de sang au cœur). La dégradation progressive de la fonction de distensibilité du myocarde est naturelle, mais limitée, chez le sujet âgé.

Voir : cardite rhumatismale, myocardite, stimulateur cardiaque, stimulation cardiaque.