En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

colectomie

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Ablation chirurgicale du côlon ou de l'un de ses segments.

Indications

Une colectomie est pratiquée pour des atteintes tumorales bénignes (polypes) ou malignes ou pour des atteintes infectieuses (diverticulite).

Technique

La colectomie peut être totale (on retire tout le côlon) ou partielle (on n'en retire qu'une partie) : côlon droit (vertical, faisant suite à l'intestin grêle), transverse (horizontal, entre le côlon droit et le gauche), gauche (vertical, se poursuivant par le rectum). Après que la colectomie proprement dite a été effectuée, le chirurgien dispose de deux techniques pour terminer l'opération, l'anastomose ou la colostomie.

Dans le cas d'anastomose, il rétablit immédiatement la continuité digestive en abouchant les deux fragments de l'intestin restant.

Dans le cas de colostomie, il fixe l'orifice du tube digestif à la paroi antérieure de l'abdomen, constituant un anus artificiel. La colostomie est utilisée chaque fois que l'anastomose immédiate est impossible soit parce que le segment d'aval du côlon est oblitéré (par exemple, du fait d'un envahissement cancéreux), soit parce que la paroi de l'intestin n'est pas suffisamment saine pour permettre une suture sans risque. Elle peut être définitive ou suivie ultérieurement d’un rétablissement de la continuité intestinale.