En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

œdème oculaire

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Infiltration de liquide séreux dans les tissus de l'œil.

ŒDÈME CONJONCTIVAL

Encore appelée chémosis, cette infiltration de liquide sous la conjonctive peut être due à une contusion, à une brûlure ou à une conjonctivite allergique. Un œdème conjonctival se traduit par un gonflement indolore et souvent translucide de la conjonctive. Visible à l'examen clinique, il est traité par l'application locale de collyres ou de pommades anti-inflammatoires.

ŒDÈME CORNÉEN

Cette infiltration de liquide dans les couches de la cornée peut survenir après un traumatisme (contusion, plaie, brûlure) ou une inflammation (kératite), ou peut encore témoigner d'une aggravation d'une anomalie congénitale. Un œdème cornéen se manifeste par un épaississement de la cornée, qui perd de sa transparence, et entraîne une baisse de l'acuité visuelle. Il est diagnostiqué par l'examen de l'œil au biomicroscope. Le traitement d'un œdème cornéen fait appel à l'application locale de collyres anti-inflammatoires et antiœdémateux.

ŒDÈME MACULAIRE

Cette infiltration de liquide sous la macula (partie de la rétine responsable de l'acuité visuelle) est liée à l'occlusion de la veine centrale de la rétine, ou à une affection de la rétine, causée par un diabète ou par une hypertension artérielle. Un œdème maculaire se traduit par une baisse importante de l'acuité visuelle et peut provoquer des exsudats de plasma dans toute la rétine ou un soulèvement localisé de celle-ci. Un œdème maculaire dit « cystoïde » est composé de petits kystes juxtaposés qui, faute de traitement, peuvent détruire progressivement la rétine, en plusieurs mois ou en plusieurs années. L'angiographie oculaire met en évidence l'œdème maculaire. Le traitement de cet œdème est celui de sa cause.

ŒDÈME PALPÉBRAL

Cette infiltration de liquide sous la paupière est consécutive à un traumatisme ou à une inflammation (orgelet, par exemple). Un œdème palpébral se manifeste par un gonflement bien visible d'une ou des deux paupières, parfois accompagné d'une rougeur, d'une sensation de chaleur ou d'une douleur. Le traitement fait appel aux anti-inflammatoires locaux ou généraux.

ŒDÈME PAPILLAIRE

Cette infiltration de liquide dans la papille (tête du nerf optique) peut être due à une hypertension intracrânienne ; elle atteint alors les deux yeux. Si elle est unilatérale, elle peut témoigner d'une inflammation de la papille (papillite) ou d'un défaut d'irrigation sanguine (ischémie papillaire). On la rencontre également lors de la sclérose en plaques. Un tel œdème entraîne une baisse de l'acuité visuelle. Visible à l'examen du fond d'œil, la papille gonflée apparaît plus saillante et ses contours s'estompent. Des hémorragies plus ou moins abondantes peuvent se produire à sa périphérie ainsi qu'une dilatation des capillaires et des veines. Le traitement est celui de la cause. Un œdème papillaire régresse en une période allant de quelques jours à quelques mois. Des séquelles sont possibles : une atrophie optique (caractérisée par une papille plate et blanche) entraîne, si les fibres visuelles sont détruites, une atteinte de la vision pouvant aller de l'amputation du champ visuel à la vision nulle.