En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

yadu

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Genre poétique birman.

Le mot signifie littéralement « saison ». Les yadu sont des odes à la nature dont la beauté varie au gré des saisons. Apparu au xve s., c'est-à-dire au tout début de la littérature birmane, le genre yadu suit des règles strictes de composition : d'une à trois strophes de 108 pieds chacune. La source d'inspiration est toujours la nature altérée par la saison, mais aussi par la sensibilité du poète qui lui attribue ses propres états d'âme. Les principaux maîtres de ce genre furent Nawadé le Grand au xve s., le prince héritier Natshinnaung au xvie et surtout Letwethondara au xviiie s. Le poème qu'il composa en exil émut si bien le roi par ses accents nostalgiques que celui-ci le fit rappeler.