En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

littérature tamoule

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Parmi les grandes langues dravidiennes (tamoul, telugu, kannara et malayalam), le tamoul, avec un passé littéraire de plus de deux millénaires, est la plus ancienne. Il a été le mode d'expression de la seconde grande culture de l'Inde après le sanskrit, et c'est par l'intermédiaire du tamoul que l'influence indienne a rayonné dans l'Asie du Sud et du Sud-Est, et même jusqu'en Chine (xiiie-xive s.). Premier monument des langues dravidiennes, le Sangam reste sans équivalent et fait de la littérature tamoule une des grandes littératures universelles. On désigne sous ce nom à la fois un ensemble de recueils poétiques et les académies littéraires où ils auraient été élaborés. La légende fait état de trois académies successives, placées sous le patronage des rois Pandya, qui auraient duré 9 950 ans et compté 8 598 lauréats. L'unité de ton et le classicisme d'un type particulier qui caractérise les recueils qui nous sont parvenus prouvent la réalité historique du Sangam et son ancienneté. Mais les poèmes les plus anciens, qui reflètent la vie sociopolitique des royaumes Cera, Cola et Pandya et d'une foule de principautés rivales du sud de l'Inde, doivent, en fait, dater du début de l'ère chrétienne (Ier-iie s. ?). Ces textes, qui se singularisent notamment par l'absence de toute référence à une religion spécifique, célèbrent, dans une vision naturaliste, la vie humaine sous ses deux aspects : la vie extérieure (puram) et la vie intérieure (akam). Au puram se rattachent les panégyriques de guerriers et de souverains et les élégies (Purananuru, Padittuppattu), à l'akam, les thèmes amoureux, développés dans six anthologies (Kuruntogei, Mattinei, Agananuru, Aingurunuru, Kalittogei et Paripatal).

L'époque du moyen tamoul (à partir du viie s.) voit s'épanouir une poésie religieuse, sivaïte d'abord, visnuite ensuite, qui repose sur la « dévotion » (bhakti). La symbolique amoureuse de l'akam sert désormais à exprimer l'amour de Dieu, et les poèmes du Paripatal, qui peuvent être considérés comme les premiers écrits dévotionnels tamouls, annoncent le lyrisme de la bhakti. Le Tevaram (la Guirlande de la divinité), qui réunit en sept livres les hymnes d'Appar, de Campantow et de Cuntarar (viie-viiie s.), représente par excellence la mystique sivaïte. Avec les odes de Manikkavacakar (Tiruvacakam), et le Tirumantiram attribué au poète, philosophe et yogin Tirumular, il fait partie du Tirumurai, les « Onze Livres » sacrés du sivaïsme méridional. Parallèlement, le mouvement visnuite, déjà amorcé après le Sangam, s'amplifie jusqu'au xe s. et s'exprime dans les hymnes des douze alvar (« dévots profonds ») rassemblés dans le Nalayirativiya-pirapantan. Nammalvar, sans doute le plus célèbre de ces sages visnuites, est l'auteur des quatre textes groupés sous le nom de Prabandham.

La poésie médiévale profane est représentée par Kampar (xiie s.), auteur d'une adaptation du Ramayana sanskrit. D'autres poètes cultivent l'éloge royal, représenté par le Nanti-K-Kalapakam en l'honneur de Nandivarman III (ixe s.) et le Kalinkattuparani de Ceyankontan (xie s.). Au xiiie s., le Nalavenpa de Pukalenti perpétue cette tradition littéraire raffinée. Le Mahabharata est plusieurs fois adapté en tamoul. Arunakirinatar, auteur du Tirrupukal, marque un tournant et ouvre le chemin au chant dévotionnel populaire (kirttanai).

Au xviiie s., la tradition de la bhakti se poursuit avec notamment le poète mystique Tayumanavar et Ramalinga Swami. L'islam s'impose par le Cirapuranam d'Umaru, qui raconte la vie du Prophète, alors que le jésuite italien Boschi, père de la prose tamoule, grammairien et poète, donne le premier kavya chrétien (Tempavani). La fin du xviie et le xviiie s. voient aussi le développement du lyrisme et du folklore à travers des œuvres comme le Kurralakkuravanci de Rajappa Kavirayar (1718), le Mukkutal pallu et les nonti natakamou (« drames du boiteux »). Au xixe s., la prose savante prend son essor avec Arumuka Navalar, Damodaram Pillai et surtout U. V. Swamunatha Iyer. Le premier roman tamoul est l'œuvre de S. Vedanayagam Pillai (Histoire de Piratapa Mutaliyar, 1897). Le genre est ensuite représenté par Rayam Iyer, S. M. Natesa Sastri, A. Madhaviah et Kalki, auteur de romans historiques. Citons également K. V. Jagannathan, Kothamamgalam Subbu, Cavi, Devan, Natoti, qui ont ouvert de nouvelles voies à la littérature tamoule, ainsi que L. S. Ramamirtam, T. Janakiraman, N. Partasarathi et Candilyan. La poésie moderne est représentée par le poète-rebelle Bharati et par un réformateur social, Bharati Dasan. Aujourd'hui, la poésie populaire et sociale est dominée par les œuvres de Kannatacan.