En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

nahuatl

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Les Indiens parlant le nahuatl, ancienne langue des Aztèques, forment le groupe indigène le plus important du Mexique. L'expression littéraire orale des Indiens de la Méso-Amérique contemporaine est le résultat d'un métissage particulier entre des traditions précolombiennes, un christianisme à l'espagnole et une technologie à l'américaine. Ce métissage est particulièrement perceptible pour ce qui concerne le syncrétisme religieux. Les missionnaires des débuts de la conquête adaptèrent le christianisme aux mœurs et aux coutumes indiens : c'est ainsi que des éléments de l'histoire biblique se trouvèrent transposés dans des cérémonies indiennes dansées et chantées. Le drame fut introduit dans un but didactique et se perpétua en se transformant jusqu'aux temps modernes. L'univers nahuatl est toujours dominé par des êtres surnaturels de toute sorte, et les divinités de la Pluie (yéyécatl, de l'aztèque ehecatl) voisinent avec les saints chrétiens. Ces derniers sont considérés comme les intercesseurs privilégiés entre l'humain et le surnaturel. Chaque village a son saint patron, qui fait l'objet d'un culte fervent. Il en est de même pour la Vierge de la Guadalupe, mère de tous les Indiens, Vierge noire qui parle le nahuatl. Le merveilleux fait partie de l'univers quotidien de l'Indien : des animaux multiformes, des fantômes esprits des défunts, des maladies inexpliquées et des catastrophes naturelles sont les thèmes les plus courants de ses contes. Les rites magico-religieux et les histoires de sorcellerie abondent, écho d'une croyance très ancienne en une fin tragique et périodique du monde. Les fables, plaisanteries, calembours, jeux de mots font partie des éléments les plus vivants du folklore indien. De longues ballades célèbrent des épisodes importants de la vie politique, des fragments de la vie des révolutionnaires, de grands événements sociaux ou même des situations imaginaires – preuve éclatante que les traditions précolombiennes s'adaptent au monde contemporain.