En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

myittaza

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Genre littéraire birman.

Ces « épîtres » apparaissent dès le xve s. Elles jouaient au début le rôle de gazette. Rédigées indifféremment en vers, prose ou style mixte, elles se présentent sous forme de traités politiques ou moraux, voire de remontrances adressées au roi ou à n'importe quel sujet. Les auteurs les plus célèbres sont Kandaw Min Gyaung Sayadaw, sous la dynastie d'Ava (1364-1555), puis au xixe s., l'abbé de Kyigan, dont les épîtres ont la forme de yadu, et enfin le dramaturge U Ponnya, qui inclut des morceaux chantés. En 1871, Kinwin Min Gyi adressa de Paris un myittaza dans lequel il décrit une entrevue avec Napoléon III.