En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

journal intime

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Le journal intime note, suivant un rythme et à une fréquence variables, des événements extérieurs, des états d'âme (Chopin, Carnet de notes) ou des réflexions morales (Strindberg, Journal d'un fou ; Pavese, le Métier de vivre). Ces notations, effectuées au jour le jour, n'ont apparemment qu'un intérêt technique dans le cas du récit de voyage par exemple ou qu'une valeur anecdotique dans le cas de l'introspection autobiographique. Aussi le journal n'est-il pas d'emblée considéré comme un genre littéraire destiné à une large diffusion. Il s'agit le plus souvent de mémoires intéressant tel ou tel domaine scientifique ou de documents historiques concernant une période, un pays ou un personnage important : tandis que Chateaubriand rédige, en l'idéalisant sous forme de récit, son Itinéraire de Paris à Jérusalem, son valet, Julien, tient un Journal, plus prosaïque mais sans doute plus près de la vérité. C'est un hasard (célébrité soudaine de l'auteur ou des personnes qu'il a rencontrées) ou les hauts et les bas des modes littéraires qui déclenchent la plupart du temps l'engouement – généralement posthume – pour les pensées intimes d'un écrivain. La mort prématurée, le suicide, incitent souvent les éditeurs à publier des manuscrits auxquels la curiosité des lecteurs assure ainsi un succès commercial temporaire (ainsi du Journal de J.-R. Huguenin). Cependant, la liberté du ton propre à l'écriture journalière et l'ambiguïté d'une narration – dont on ne sait si on doit la considérer comme totalement imaginaire (c'est le pur résultat des fantasmes d'un témoin par définition subjectif) ou, par-là même, fondamentalement vraie (qui peut mieux se décrire sinon le sujet lui-même ?) – ont concouru à créer un style spécifique qui, débordant le cadre de l'analyse autobiographique, a envahi, au moins depuis Gide, le domaine de la fiction romanesque.

Sous sa forme originelle, le journal se distingue par la présence constante de repères temporels, correspondant la plupart du temps à une journée. Ce découpage chronologique peut s'observer tant dans le Journal de bord de Christophe Colomb (partiellement résumé à la troisième personne par Las Casas) que dans le Journal de voyage en Italie dicté par Montaigne à son secrétaire et publié près de 200 ans après sa mort. Le sentiment de la répétition quotidienne est l'élément constitutif essentiel d'où le journal tire son nom. Qu'il s'agisse du Journal d'un Pepys, d'un Green, ou d'un récit fictif comme la bande dessinée de Cabu, le Journal de Catherine, tout se passe comme si le narrateur notait le soir les événements de la journée, voire les rêves de la nuit précédente. À la faveur d'une narration toujours ultérieure, même lorsque le journal est rédigé au présent (celui-ci ne pouvant en toute logique représenter qu'un passé immédiat), le sujet semble prendre une certaine distance vis-à-vis de sa propre personne et juger « objectivement » ses actes, ses désirs, ses velléités, ses projets – ou leur absence : le journal ne marque alors que l'écoulement du temps et, par contraste, le vide d'une vie qui s'écoule avec monotonie : « 20 décembre. J'attends, depuis deux jours. J'attends je ne sais quoi [...]. 21 décembre. Rien de nouveau. » (Journal de Salavin, Duhamel) Sauf dans le cas d'une vie féconde en aventures de toutes sortes, tenir un journal revient donc à enregistrer au jour le jour les événements insignifiants de la vie psychique, à dialoguer avec son double, en fin de compte à s'instituer unique lecteur de sa propre écriture ; tel semble être du moins le fonctionnement initial du modèle du genre de la narration intimiste, le Journal d'Amiel.

L'espace, qui peut être clos (Journal de prison d'A. Sarrazin) ou abstrait (Journal de J. Green par exemple), participe également à l'unité thématique du journal. De même qu'il y a une très grande proximité entre le temps de la narration et l'époque narrée, de même il ne saurait y avoir de solution de continuité dans l'espace parcouru (Stendhal : Rome, Naples et Florence).

En conséquence, le journal se caractérise par une énonciation subjective (le repérage est déictique, c'est-à-dire établi à partir de la personne, du lieu et du moment de l'énonciation), et, le plus souvent, par l'utilisation conventionnelle du style « relâché » (élisions, etc.) en accord avec l'intimisme du contenu et à l'impressionnisme des notations. Il exclut la subdivision en parties et chapitres aussi bien que l'omniscience d'un point de vue surplombant. Ainsi Sardaigne et Méditerranée, de D. H. Lawrence, contrairement à Rome, Naples et Florence de Stendhal, écrit au jour le jour par un mélomane amoureux de l'Italie, apparaît comme un récit idéalisé et reconstruit : la division en chapitres, le résumé thématique qu'en donne chaque titre enlèvent sa spontanéité à l'expérience quotidienne, la débarrassent du superflu.

Aussi le journal intime est-il considéré, à l'exception de l'époque romantique qui prétend privilégier les élans incontrôlés d'un cœur meurtri par la société (le Journal d'un poète de Vigny), comme un genre mineur et informel, mené en secret parallèlement à d'autres œuvres que le public reconnaît et authentifie en les rémunérant. Apparemment décousu, puisqu'il n'a la plupart du temps ni sujet défini ni titre distinctif, le journal révèle cependant une unité plus profonde, celle de la personnalité cachée d'un individu. Il est particulièrement apte à mettre en lumière sinon l'évolution, du moins le caractère d'un sujet : les anecdotes, les détails les plus anodins renvoient en effet toujours au moi qui les enregistre et y réagit ; d'où un mélange subtil de descriptions objectives et, par le biais de celle-ci, d'analyses psychologiques.

Enfin, à la suite des réflexions de Gide (Paludes, les Faux-Monnayeurs), puis de Sartre (la Nausée), le roman contemporain, reprenant à son compte la destruction de l'illustration « vie = aventure romanesque », devient de plus en plus le journal d'un récit en train de s'écrire (F. Sagan, Des bleus à l'âme ; J. Laurent, les Bêtises) ou intègre-t-il au sein d'une narration de type réaliste le point de vue subjectif d'un personnage tel qu'il apparaît à travers les fragments de journal qui lui sont attribués (carnets de Tarrou dans la Peste de Camus, cahiers d'Adam dans le Procès-verbal de Le Clézio).