En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

impromptu

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

L'impromptu poétique (petite pièce spirituelle improvisée, ou prétendue telle, composée parfois sur des rimes imposées, les bouts-rimés), fut très à la mode au xve siècle en Italie, puis en France dans les salons des xviie et xviiie siècles : Voiture, Fontenelle, Voltaire l'illustrèrent. Hugo, Musset et Mallarmé (Éventails) y excellèrent aussi. L'impromptu théâtral, jeu de salon, est devenu depuis l'Impromptu de Versailles (Molière, 1663), un moyen de mettre en scène les rapports de l'auteur à sa pièce, à ses interprètes, à son public (Giraudoux, l'Impromptu de Paris, 1937 ; Ionesco, l'Impromptu de l'Alma, 1960).