En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

imagisme

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Mouvement poétique anglais et américain qui contribue, entre 1912 et 1917, à une redéfinition de l'écriture et de l'effet poétiques. Il a pour promoteurs, théoriciens et praticiens, Ezra Pound, F. S. Flint, Amy Lowell, Hilda Doolittle, T. E. Hulme. L'idée majeure est d'assurer une stricte adéquation entre la lettre poétique, l'objet évoqué et l'effet de la représentation. Le poème doit donc être bref, offrir une seule image (l'évocation de l'objet n'exclut pas la métaphore), adapter rigoureusement les données rythmiques à l'effet objectif recherché. Il y a là le double refus de toute abstraction et de toute connotation affective. L'imagisme doit se comprendre comme une réaction face aux excès du symbolisme et comme une tentative pour ramener la poésie à un nominalisme qui va à l'encontre de tous les jeux arbitraires sur le langage ; il trouve ses meilleurs antécédents dans la poésie brève japonaise (haïku). Il influencera indirectement le formalisme poétique et critique des écrivains du mouvement « agrarien », ainsi que le New Criticism, mais il sera bientôt éclipsé par la violence prophétique de D. H. Lawrence et de T. S. Eliot.