En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

dandysme

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Le dandysme est né dans la haute société anglaise un peu avant 1815 ; c'est d'abord une mode vestimentaire et esthétique associée à une attitude faite d'esprit et d'impertinence. Se recommandant de Brummel et de Byron, le dandysme gagna la France, où il s'incarna dans l'élégance du comte d'Orsay. Il deviendra plus agressif avec Musset et plus esthétique avec Baudelaire, qui y rattache l'éveil de sa sensibilité et sa conception de la poésie, avant que Barbey d'Aurevilly donne l'histoire et la physiologie du phénomène (Du dandysme et de George Brummel, 1845). Le dandy est un être paradoxal : suffisamment lucide pour deviner la vanité du monde et celle de son attitude, suffisamment assuré de lui-même pour jouer de l'opposition entre une revendication esthétique, qu'il place sous le signe de l'affectation, et une société qui refuse toute valeur à la beauté. Le dandysme perdure dans l'immoralisme et l'affectation des décadents, dans l'individualisme et le détachement du créateur contemporain (Wilde, Nimier).