En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

théâtre de chambre

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Le théâtre de chambre (en allemand Kammerspiel) est une forme de dramaturgie qui limite les moyens d'expression scéniques, l'ampleur des thèmes. Ce type de représentation théâtrale – inauguré en 1906 à Berlin, au Kammerspielhaus de Max Reinhardt – se développe contre une dramaturgie « lourde », fondée sur l'abondance du personnel et des décors, un public nombreux et l'apparat du théâtre bourgeois. L'écriture est unifiée par l'emploi de règles simples, que Strindberg – qui en a donné le meilleur exemple avec ses kammarspel écrites pour l'Intima Teatern de Stockholm en 1907 : Orage, la Maison brûlée, la Sonate des spectres, le Gant noir – décrit ainsi : « Si on me demande ce que veut le « Théâtre intime », quel est son but, je répondrai : développer dans le drame un sujet chargé de signification, mais limité. Nous évitons les expédients, les effets faciles, les morceaux de bravoure, les numéros pour vedettes. L'auteur ne doit être lié d'avance par aucune règle, c'est le sujet qui conditionne la forme. Donc, liberté complète pour la façon de traiter le sujet, pourvu que soit respectée l'unité de conception et du style » (Lettre ouverte du Théâtre intime, 1908). La vogue de ce théâtre s'explique par la volonté de faire de la scène un lieu de rencontre entre la dramaturgie et le spectateur, par une grande sensibilité aux questions psychologiques. Dans ce « huis clos », l'acteur est accessible au public, réduit, qui ne peut refuser sa participation émotionnelle. Les thèmes : le couple, l'homme isolé, l'aliénation, sont choisis pour parler au spectateur. Certains metteurs en scène (Grotowski) insistent pour qu'une atmosphère « religieuse » imprègne scène et salle. Il ne faut pas confondre le théâtre de chambre avec le café-théâtre, qui accueille des thèmes satiriques. Des dramaturgies tournées vers l'individu ou la classe sociale trouvent dans le théâtre intimiste une situation d'écoute propice à leur écriture et à leur relation avec le public.