En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

blason

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Genre poétique en faveur au xvie s., le blason est le développement du dit médiéval. C'est une description détaillée d'un être ou d'un objet dont on fait l'éloge ou la satire. Illustré par Guillaume Alexis (Blason de fausses amours, 1486), Gringore (le Blason des hérétiques, 1524), Roger de Collerye (Blason des dames, 1536), il connut son apogée avec les poètes lyonnais (Héroët, Scève, auteur d'un célèbre Blason du sourcil) et surtout Marot qui, après le Blason du beau tétin (1535), lança le « contre-blason », qui consistait à célébrer le « rebours » des beautés : cette tendance nouvelle finit dans l'obscénité et amena un déclin du genre, malgré les poèmes minutieux d'Hugues Salel (Blason de l'épingle, 1540) et de Guillaume Guéroult (Blason des oiseaux, 1550), ou moralisateurs de Jean Chartier (Blasons de vertu, 1574). La Pléiade, qui le méprisa, vit paradoxalement l'un de ses membres les plus éminents, Rémi Belleau, le rénover sous la forme de l'hymne-blason.