En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

apophtegmes

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Ce mot grec désignait chez les Anciens des sentences exprimées avec concision de manière à attirer l'attention. Il sert aujourd'hui surtout à désigner des séries d'aphorismes, attribués à des moines ou des ermites ayant vécu, pour la plupart, en Égypte aux ive et ve siècles de notre ère. Ces recueils existent dans toutes les langues anciennes de l'Orient et de l'Occident chrétiens : grec et latin, arménien et géorgien, copte, arabe et éthiopien, langues slaves. Les collections sont constituées de diverses façons, mais les séries conservées en grec, langue de l'original, se rattachent à deux types : alphabétiques, quand les apophtegmes sont classés par auteur, suivant l'ordre de l'alphabet grec ; systématiques, quand on a groupé les paroles des anciens selon des thèmes, par exemple les différentes vertus (la maîtrise de soi, la discrétion, la vigilance, etc.). Ce genre « littéraire » formait, à l'origine, une littérature orale, les formules se répétant de bouche à oreille. Plus tard, peut-être vers le milieu du ve siècle, elles furent transcrites et rassemblées dans des recueils. Ceux-ci, en s'amplifiant, ont subi une évolution, car l'apophtegme avait, au début, un caractère charismatique : c'était la parole, ayant valeur d'enseignement et de modèle, d'un ancien, d'un vieillard doué, disait-on, d'une grâce particulière. Sur le plan littéraire, c'était une manière de s'exprimer très ramassée et facile à retenir pour servir de norme de vie. Mais, peu à peu, on introduisit des éléments de tradition, non plus orale, mais écrite, comme des extraits de biographies ou même de traités qui s'ajoutèrent aux apophtegmes proprement dits. La forme en est souvent pittoresque, parfois paradoxale, non dénuée d'humour et de malice. La doctrine spirituelle est puisée à l'Évangile : renoncement au monde, lutte contre soi-même, charité et bonté pour le prochain, discernement. À côté de prouesses ascétiques, on trouve aussi des attitudes de bon sens et de modération. Du point de vue historique, on remarque des détails nombreux et intéressants non seulement sur la vie et les mœurs monastiques, mais aussi sur la civilisation du temps, la vie économique et les relations sociales : c'est un document de grande valeur, en raison même de sa spontanéité.