En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Smilansky Yizhar, dit S. Yizhar

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain israélien (Rehovot 1916-Gedera 2006).

Après avoir enseigné dans une école secondaire de Rehovot, il combattit dans la guerre d'indépendance et siégea à la Knesset (1949-1967). À la charnière de deux époques, il est l'un des chefs de file de la littérature israélienne. Son héros privilégié est un jeune homme rêveur et tourmenté comme lui, évoluant dans un paysage marqué par les souvenirs d'enfance d'un bourg agricole face aux espaces infinis du désert (le Bois sur la colline, 1947). Dans le roman les Jours de Tziklag (1957), ainsi que dans les Quatre Nouvelles (1956) et les Six Contes d'été (1960), il évoque le drame des combattants pour l'indépendance et leurs victimes, les conquêtes, la destruction et la mort. Avec les Contes de la plaine (1964), il est entré dans l'ère de la désillusion. Son style baroque, amalgamant le langage parlé à toutes les formes de l'hébreu, a profondément marqué la langue littéraire de ses contemporains. Après presque 30 ans, Yizhar brise son silence pour publier deux romans autobiographiques, où il retrace la saga des pionniers sionistes au début du xxe s., Miqdamot, 1992, et Zalhabim, 1993.