En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Avraham B. Yehoshua

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain israélien (Jérusalem 1936).

Professeur de littérature à l'université de Haïfa, il est l'un des écrivains les plus représentatifs de la littérature israélienne contemporaine, bénéficiant d'une large audience populaire. Ses nouvelles transposent en un lyrisme macabre un climat lourd et tendu, dans une tonalité proche de Kafka. Le désir de mort de toute une génération, lasse des combats et des guerres, est le sentiment constant chez tous ses personnages. Dans des paysages hors du temps et de l'espace, comme dans le recueil de nouvelles la Mort du vieillard (1962), ou bien dans le cadre d'Israël (Face aux forêts, 1968), il évoque, à travers une série de situations grotesques, des êtres plongés dans une atmosphère chargée de symboles et essayant en vain de se délivrer de leur enfer intérieur. Angoisse et détresse créent également le climat de ses pièces de théâtre, Nuit de mai, qui se déroule à la veille de la guerre des Six Jours, Derniers Soins (1975). La guerre du Kippour sert de toile de fond à l'Amant (1976), son premier roman. Aliénation et maladie sont les thèmes de Divorce tardif (1981) et de Molkho (l'Année de cinq saisons, 1985), tandis qu'un regard historique sur le peuple juif fait l'objet de deux autres romans, Monsieur Mani (1990) et Voyage vers l'an mil (1997). La réalité en Israël, face à l'Intifada, est au cœur de sa dernière œuvre, la Fiancée libératrice (2001).