En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Francis Viélé-Griffin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète français (Norfolk, Virginie, États-Unis, 1864 – Bergerac 1937).

Ami d'Henri de Régnier, de Jules Laforgue, de James Whistler, il publia dans la revue Lutèce, à Paris, ses premiers vers, qu'il réunit en 1886 dans Cueille d'avril. Il prit parti pour le vers libre, dont il fut à la fois le théoricien dans la revue qu'il lança avec Bernard Lazare, Paul Adam et Henri de Régnier, les Entretiens politiques et littéraires (1890-1892), et l'illustrateur (Joies, 1889). Parallèlement aux Cygnes (1885-1891), à la Chevauchée d'Yeldis (1893), à la Clarté de vie (1897), à la Voix d'Ionie (1914), il s'essaya au poème dramatique dans une perspective symboliste avec Swanhilde (1893), Phocas le jardinier (1898) et Wieland le forgeron (1900). Une langue inspirée dans une syntaxe pliée au rythme du verset, parsemée de curiosités lexicales et d'archaïsmes, cherche à atteindre l'âme du « lyrisme éternel » entreprise qui retint le surréalisme naissant.