En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

María Eugenia Vaz Ferreira

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poétesse uruguayenne (1875 – 1924).

Farouchement indépendante, torturée par le conflit entre son éducation catholique stricte et son désir de vivre en femme libre, obsédée par le refus de se « soumettre » à l'amour, elle est l'auteur de poèmes au lyrisme tragique (l'Île des cantiques, 1924) et de deux œuvres dramatiques (la Pierre philosophale et les Pèlerins). Elle fut la première d'une lignée de poétesses (A. Storni, J. de Ibarbourou, D. Agustini) qui devaient illustrer les lettres des pays de la Plata.