En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pierre Vadeboncœur

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain québécois (Strathmore 1920).

Syndicaliste, militant socialiste et indépendantiste, il devient écrivain (la Ligne du risque, 1963) avec la découverte, grâce au peintre automatiste Borduas, de l'influence de l'art et de la littérature sur les idées et l'évolution d'une société. Polémiste rigoureux (Un génocide en douce, 1976), il évoque de façon saisissante la Dernière Heure et la première (1970) de la nation québécoise, petite plante rampante et proliférante. Les Deux Royaumes (1978) opposent la souveraineté de l'esprit créateur, de l'écriture, au rationalisme et à l'efficacité immédiate. L'Absence (1985), « essai à la deuxième personne », est une déclaration d'amour libre, comme les brefs récits et dessins d'enfants qui illustrent la « pensée heureuse », lyrique, de l'essayiste.