En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Usman Awang

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain malais (Kuala Sedili 1929 – Kuala Lumpur 2001).

Après une enfance troublée – orphelin de mère à l'âge de sept ans, il fuit sa ville sous les bombardements et cultive la terre à Segamat –, il est enrôlé de force par les Japonais (1942), réussit à s'évader et s'engage, après le retour des Anglais, momentanément dans la police (1951) avant de se rendre à Singapour, où il collabore à divers périodiques et participe aux activités culturelles de l'Angkatan Sasterawan 50 (Asas 50), dont il devient membre en 1952. Membre du Dewan Bahasa dan Pustaka depuis 1963 et rédacteur des revues Dewan Sastra et Dewan Budaya, il y apparaît comme l'un des plus ardents défenseurs de l'« art pour le peuple », de l'art reflet de la société et instrument de lutte contre toute forme d'oppression, conception qu'illustrent ses poèmes (Vagues, 1961 ; Épines et feu, 1967 ; Horizon, 1971), ses nouvelles (Battements de cœur, 1963), ses pièces de théâtre (D'étoile en étoile, 1956 ; Flûte nocturne, 1966 ; Musika Uda dan Dara, drame musical, 1976) et son roman (Os épars, 1966).