En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mati Unt

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain estonien (Linnamäe 1944).

Après un roman naïf (Adieu, chat jaune, 1963) décrivant les états d'âme d'un jeune lycéen, il contribue à détacher la prose estonienne du réalisme socialiste en y faisant s'épanouir la subjectivité et l'ironie (la Dette, 1964 ; Meurtre à l'hôtel, 1969). À partir des années 1970, il pratique une narration éclatée, parasitée par une érudition parodique. La place de l'individu dans la société, l'angoisse générée par la solitude ou par des relations amoureuses qui vacillent constituent alors ses thèmes de prédilection (Rivage désert, 1972 ; le Bal d'automne, 1979). Dans les années 1980 et 1990, l'intertextualité devient la dimension dominante de ses œuvres (l'Aide-mémoire du donneur de sang, 1990 ; Brecht apparaît la nuit, 1997).