En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Thucydide

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Historien grec (Attique v. 460 – 399 av. J.-C. ?).

Thucydide appartient à une famille athénienne aristocratique, liée aux rois de Thrace. Il est l'auteur de l'Histoire de la guerre du Péloponnèse, ouvrage en 8 livres, inachevé, relatant un conflit qui a touché tout le monde grec en mettant aux prises Sparte et Athènes, auquel l'historien participa. Stratège en 424, il fut exilé pour vingt ans après la prise d'Amphipolis par les Spartiates. Écarté de la guerre, Thucydide en fait le récit depuis son début jusqu'en 411, dans une œuvre remaniée qui connaît des faits postérieurs. L'auteur entend faire une analyse rationnelle des événements et de leurs causes, en renonçant au merveilleux et à l'agrément du récit, pour donner le moyen de comprendre dans l'avenir les ressorts de l'action humaine qu'il met au centre de l'histoire, dans la permanence de la nature. L'examen des faits, la reconstitution des discours tels qu'ils ont dû être tenus, souvent opposés comme dans l'antilogique des sophistes, sont les outils de la recherche et de l'exposition de la vérité que veut livrer Thucydide. Historien de la raison, il témoigne des modes de pensée du ve siècle av. J.-C., et l'on a remarqué combien il était proche des modèles d'analyse de la médecine hippocratique. Peignant l'impérialisme athénien et ses conséquences, l'auteur suggère encore un idéal politique et moral qu'illustre Périclès. Dans l'Histoire de la guerre du Péloponnèse, l'Archéologie (I, 1-19) donne une vision de l'avancée du monde qui a suscité des débats ; l'Oraison funèbre prêtée à Périclès (II, 35-46) est une célébration de la grandeur d'Athènes autant qu'une leçon à retenir ; le tableau de la peste d'Athènes (II, 47-54), les analyses de la guerre civile qui gagne les cités grecques (III, 82-4), le discours de Diodote sur la peine de mort (III, 42-48), qui répond à celui de Cléon (37-40), lors de l'affaire de Mytilène, le récit de l'expédition de Sicile (VI, 42-VII) sont autant de pages célèbres.