En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Francisco Sá de Miranda

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète portugais (Coimbra v. 1481 – Quinta de Tapada 1558).

Il fit ses études à Coimbra, puis fréquenta la cour, dont il partageait les soirées littéraires. Ayant rencontré, lors d'un séjour en Italie (vraisemblablement entre 1521 et 1526), Sannazaro et l'Arioste, il introduisit au Portugal de nouvelles formes poétiques : décasyllabe, sonnet, lettre, chanson, élégie, églogue et comédie en prose. Étrangers (1527), inspirés de Plaute, véhiculent l'idéal humaniste de la Renaissance, tandis que la Fable du Mondego, l'églogue Alexo et quelques sonnets constituent les premières expressions portugaises du style nouveau. Il entreprit une véritable campagne pour introduire les nouvelles formes poétiques et de nouveaux thèmes, l'histoire, la mythologie et les sujets propres à la littérature de la Renaissance. Après avoir obtenu deux commandes de l'Ordre du Christ, il s'éloigna de la Cour et, s'étant retiré avec sa famille dans son village du Minho, ne maintint qu'un contact épistolaire avec les amis et disciples qui l'avaient soutenu dans sa campagne de novateur. N'ayant jamais renoncé à la « mesure ancienne » (medida velha), il défendra dans ses Cartas (1530 ?) les valeurs traditionnelles, la simplicité de la vie rustique contre l'artificialité de la vie de la ville et de la Cour, faite de conventions et d'intrigues. Son style concis, voire elliptique, traduit en des images délibérément rustiques une élaboration conceptuelle qui refuse toute rhétorique.