En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Daniel Stern

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain américain (New York 1928 – Houston 2007).

Selon Stern, « tous les hommes sont des artistes – tous ont une vie » et cette ouverture au Rabbin à la rose (1971) résume bien les tensions entre vie et art qui habitent l'ensemble de son œuvre. Que l'art soit architecture urbaine (Une affaire de ville, 1980) ou langage (Suicide Academy, 1968), il ne peut être que forme imposée au chaos du monde dans la perspective d'une rédemption finale. La mémoire, à la fois facteur de continuité et de rupture, permet aux héros de résoudre leurs crises existentielles, mais aussi les accable sous le poids de la culpabilité comme dans Qui doit vivre, qui doit mourir (1963), où s'affrontent deux survivants de l'Holocauste dont l'un a sacrifié la famille de l'autre pour assurer la vie des siens.