En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Stace

en lat. Publius Papinius Statius

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète latin (Naples v. 40 – id. 96 apr. J.-C.).

Son père enseignait la poésie à Naples et, très jeune, Stace fut lauréat dans les concours poétiques. Il connut le même succès à Rome et fut l'un des écrivains en vogue de la cour de Domitien et resta très apprécié du public romain jusqu'à la fin de l'empire. Il est l'auteur de deux épopées, l'Achilléide et surtout la Thébaïde (sur le combat fratricide d'Étéocle et de Polynice), poème de lectures publiques au style brillant, souvent déclamatoire, multipliant les effets tirés de Lucain, de Virgile et d'Ovide. Outre des livrets de mimes, il écrivit encore à la demande de Domitien ou de riches mécènes, entre 91 et 96, cinq livres de Silves, poésies lyriques qui traitent de sujets de circonstance : anniversaire, consolation ou description d'œuvres d'art. Doué pour l'improvisation brillante, Stace parvient à compenser la minceur des sujets par son art de la description précise et suggestive ; il n'évite pourtant pas l'enflure inhérente à cette forme de poésie.