En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Iñigo López de Mendoza, marquis de Santillana

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain espagnol (Carrión de los Condes 1398 – Guadalajara 1458).

Poète doué, il est sans aucun doute la personnalité la plus riche de sa génération – et la plus influente dans les lettres castillanes au xve siècle. Il a laissé de nombreux poèmes d'amour et de circonstance comme les Proverbes (1437), écrits pour l'éducation d'un jeune prince de 12 ans, ou les Serranillas (1423-40), où s'harmonisent le respect de la tradition castillane, le goût de l'allégorie (Couronnement de messire Jordi de Sant Jordi), à la manière française ou dantesque (l'Enfer des amoureux), et l'imitation des Italiens (Sonnets à la manière italienne). On lui attribue un recueil de couplets populaires (Proverbes que les vieilles disent auprès du feu), qui fait la transition entre la poésie du Moyen Âge et celle de la Renaissance, et on lui doit aussi des essais critiques sur la littérature, les premiers dans l'histoire de la littérature castillane.