En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacopo Sannazaro

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain et humaniste italien (Naples 1455 – id. 1530).

Il fut l'ami de Pontano, qui l'introduisit dans son Académie et à la cour des princes d'Aragon. Fidèlement attaché au roi Frédéric Ier de Naples, il l'accompagna dans son exil en France (1501) et ne rentra en Italie qu'en 1504 après la mort de son souverain. Son œuvre latine comprend trois livres d'Élégies, trois livres d'Épigrammes, cinq Églogues des pêcheurs, célébrant les beautés du golfe de Naples – dont les pêcheurs remplacent les bergers de la tradition bucolique – et un ambitieux poème religieux sur la Nativité (l'Accouchement de la Vierge, 1526). Son chef-d'œuvre l'Arcadie (1504), composé de 12 églogues précédées de fragments en prose en langue vulgaire, narre les amours tragiques du poète dans un décor situé tantôt en Arcadie, tantôt dans les environs de Naples. La préciosité décorative et nostalgique de l'œuvre eut une influence considérable sur la formation du roman pastoral et sur la littérature baroque en Europe. Le recueil de ses poèmes italiens (Rimes, 1530), inspirés par sa passion pour Cassandra Marchese, est une des œuvres les plus originales du pétrarquisme du Quattrocento.